Histoire

http://arthurproductions.com.au/shows/the-mesh-2/ La viticulture renaît en Belgique et a de très beaux jours devant elle. La passion, conjointement au réchauffement climatique, réserve des surprises! Après des débuts épars dans les années 80-90 et un vif regain depuis une dizaine d’années, la viticulture se porte bien en Belgique et nous assistons au positionnement de véritables acteurs économiques. La passion,  une température moyenne plus élevée et un sol qui s’y prête, la combinaison s’avère favorable à la viticulture dans nos contrées. La Belgique compte quelque 30 vignobles importants. Chaque région, depuis l’ouest jusqu’à l’est en passant par le sud de Namur, peut s’enorgueillir aujourd’hui de la présence d’un domaine flambant neuf, d’un château ou d’une ferme viticole, entreprise d’un ou plusieurs passionnés,  ou d’un vignoble, « champ sacré» de fervents amateurs. http://fieldandfire.com/tag/flour/ Un patrimoine unique à découvrir ancré dans son paysage avec ses richesses ! Les premiers essais de viticulture en  territoire belge remontent au VIIème siècle.  Du IXème siècle jusqu’à la fin du XVIème siècle, la viticulture ne fit que prospérer. Les premiers grands vignobles furent la propriété d’abbayes (pour les besoins du culte et les soins aux malades) mais la vigne fut aussi cultivée par des particuliers pour le commerce et même par des seigneurs comme les ducs de Bourgogne qui possédèrent les vignobles de Bruxelles, Louvain, Aerschot, Namur et Mons. Le paysage de la vallée de la Meuse présentait  alors  une belle couverture de vignes. Des traces de l’activité viticole de l’époque se retrouvent encore dans la toponymie de nombreux villages et villes, comme Vignette, Wijngaard (Vignoble en flamand), Vivegnis, Vinalmont, Wijnberg (Mont des vignes en flamand), chemin des vignes…

Remacle Le Loup - 1740 - eau-forte représentant la ville de Huy
Remacle Le Loup – 1740 – eau-forte représentant la ville de Huy.
À gauche : vignoble emmuré du couvent des Croisiers.
Au centre : probablement le vignoble de Grimomont

La viticulture connut  ensuite un déclin sans répit lié à la facilité accrue des communications, permettant le transport de vins étrangers, à l’extension de la culture maraîchère, à  certaines dispositions politiques, à un léger refroidissement climatique, à l’essor de la bière moins délicate à produire, etc.

Vue d'en bas
©Copyright Marc Vanel
La viticulture renaît dans le dernier quart du XXème siècle, en Wallonie d’abord dans les années 60 grâce à Charles Legot, puis aussitôt après dans le pays flamand dans les années 80 avec Jan Bellefroid à Borgloon.  Hageland et Haspengauw seront les premières appellations contrôlées belges (AOC) en 1997 et 2000.  La viticulture wallonne verra au XXIème siècle sa première appellation contrôlée, Côtes de Sambre et Meuse. Enfin le Heuvelland pour ses vins tranquilles en 2005. Depuis les vins effervescents ont également obtenu leurs appellations contrôlées. Certains domaines cultivent les cépages traditionnels ou hybrides, d’autres les cépages interspécifiques.
bouteille et verre
©Copyright Joyce van Rennes